#Entreprendre #Rencontre – Sophie-Charlotte, fondatrice de Vivre de sa créativité

En tout début d’année, elle m’avait inspiré un article qui vous a beaucoup plu : Savoir faire évoluer son business.

Elle, c’est Sophie-Charlotte (Socha pour les intimes), la complice avec laquelle je travaille depuis 5 ans pour développer la communauté des Entrepreneuses créatives (et aussi pour écrire à quatre mains de supers bouquins, mais ça, j’aurai bientôt l’occasion de vous en reparler).

En début d’année, elle a annoncé la fermeture de son premier site « Ma Petite Valisette ». Après plusieurs semaines de réflexion et de travail, elle a ouvert fin mars deux nouveaux espaces: le site www.sophiecharlottechapman.com et le blog Vivre de sa créativité.

J’ai eu envie lui demander de nous parler de cette évolution et surtout de la manière dont elle concevait sa nouvelle {Mission d’entrepreneur}.

 

Hello Socha! Pourquoi as-tu décidé de réorienter ton activité entrepreneuriale en 2017?

J’étais arrivée, à plusieurs reprises, à des pannes totales d’inspiration concernant les nouveaux thèmes de formation proposer. J’avais l’impression d’avoir exploré tous les thèmes commerciaux et marketing possible. Je voyais fleurir sur la toile de plus en plus d’offres similaires. Je ne voyais plus aucune originalité ni valeur ajoutée dans ce que faisais.

Nos livres avaient aussi tellement de succès et étant déjà très complets, il devenait de plus en plus difficile de faire mieux, bref je sentais l’impasse arriver sans vraiment savoir comment m’en sortir. Un peu prise au piège de tous les efforts que j’avais menés jusqu’ici pour me faire ma place, me faire un nom.

Un autre étau se refermait aussi : je subissais régulièrement des piratages sur mon site et sur mon blog. J’ai bien cru perdre à plusieurs reprises tout le contenu de mon blog, et j’ai plusieurs fois dû recharger tout le contenu de ma boutique. Je perdais un temps fou et une énergie considérable à remettre en ligne toutes mes fiches.

En novembre dernier, c’est un unième problème technique qui a eu raison de moi. J’étais devenue totalement dépendante de mon outil de travail quand j’aurais dû en être maître. Je subissais le web alors que je vantais les avantages du digital autour de moi. Mon site internet était devenu mon pire ennemi. Cela affectait mon humeur et mon moral.

Quand quelque chose ne nous réussit pas dans notre alimentation, on le supprime de notre quotidien. Moi je m’en rajoutais une dose à chaque incident. Et puis un jour, ça a été l’overdose.  J’ai imaginé ma vie sans toute cette vie digitale qui me bouffait.

Comme pour toute addiction, je savais qu’il me serait difficile de couper court mais j’ai identifié ce dont je ne voulais plus et comment je pouvais simplifier les choses pour travailler mieux sans prise de tête.

Les réponses ne sont pas venues tout de suite ni toutes seules…. Comme à chaque fois que j’ai rencontré des périodes de stress dans mon activité, je me suis tournée vers ce que font nos amis anglo-saxons (notamment les sites de Gabrielle Treanor et Do what you love for life). Ils ont toujours un train d’avance sur nous. J’y ai trouvé des quelques pistes mais ce n’était pas encore suffisant…

 

Quelle est désormais ta nouvelle « Mission d’entreprise »?

« C’est au cours d’un entretien individuel avec un conseiller de l’APEC que j’ai compris ce qui m’animait désormais. J’y étais pourtant allée sans attente particulière. La personne m’a écoutée pendant une heure expliquer ma situation et a su mettre le doigt sur ce que je ne voyais pas et qui pourtant était évident: je n’avais plus envie de vendre des compétences commerciales à des entrepreneuses.

J’ai compris que ce qui me plaisait et me faisait vibrer, c’était l’accompagnement de ces personnes. C’était de pouvoir les suivre sur la durée, de les épauler, d’être présente dans les moments de doute, de stress, de réflexion. C’était l’humain au centre de son entreprise et non pas son business qui m’intéressait.

J’ai donc décidé de réorienter mon activité autour de cette nouvelle mission: « Accompagner les entrepreneuses créatives dans leur réflexion, dans leurs projets, dans la durée ».  Mettre l’entrepreneuse au centre de mon travail devenait indispensable.

Bien entendu on retrouve dans mon offre, l’apport et le développement de compétences marketing, commerciales et digitales. Mais elles s’inscrivent désormais dans un ensemble plus large.

Cette réflexion m’a permis de passer un cap, de me professionnaliser aussi. J’en ai profité pour enfin me doter d’une vraie identité visuelle. J’ai fait appel à une graphiste avec laquelle nous avons travaillé sur le fond avant d’attaquer la forme (Justine Briatte). J’ai aussi eu recours au « mapping » avec Caroline de Visual Story Mapping.

J’ai, en fait, appliqué ce que je préconisais sans cesse à mes clients : j’ai investi en moi. Je m’apprête d’ailleurs à suivre une formation en PNL (Programmation Neuro Linguistique) pour développer encore mes aptitudes à communiquer avec les autres.

Enfin, la dernière étape et pas des moindres a été la mise en musique de cette nouvelle mission d’entreprise au travers d’un nouveau site web qui la véhiculerait correctement. Un site qui serait clair et abordable. Je voulais faire simple et m’éviter toute contrainte technique possible : j’ai donc mis en place le strict minimum, aucun plugin de e-commerce, aucun module de réservation en ligne. Le seul moyen d’interagir avec moi, c’est de me contacter! »

 

Retrouver Sophie-Charlotte sur son site, sur son blog, sur Facebook ou encore sur Instagram.

 

Vous aussi vous entreprenez autrement? Vous avez envie de parler de votre mission d’entreprise et de contribuer à enrichir cette rubrique? N’hésitez pas à me contacter!

2 commentaires

  1. ça me parle tout ça ! Merci pour ton témoignage !

Laisser un commentaire